Des Business Units du PeeL, lauréats du Défi CISCO.

C’est avec le projet Handisco « la canne connectée » que les étudiants Business Unit du PeeL ont remporté hier le Défi Cisco. Le Trophée a été remis au siège de Cisco France par André Santini, Député-Maire d’Issy-les-Moulineaux, en présence de Pierre Pelouzet, Médiateur des relations inter-entreprises auprès du Ministre du Redressement Productif. L’équipe projet de l’ESSTIN, école d’ingénieur Nancéienne, a reçu une dotation de 70.000 euros pour transformer l’idée en une véritable opportunité d’affaire.

Félicitations à eux.

Etudiant en fac et… créateur d’entreprise !

Article paru aujourd’hui sur Le Républicain Lorrain 

L’homme est un pur produit universitaire. Pourtant, il révolutionne le lien entreprise/université.

DOSSIER

Enseignant-chercheur en entrepreneuriat à l’Université de Lorraine, Christophe Schmitt est convaincu du pouvoir du terrain. Le terrain ? C’est ce qui a le plus marqué les étudiants passés par son programme Business unit du Peel – pôle entrepreneuriat étudiant de Lorraine –. « On nous incite à rencontrer des gens, à constituer un réseau fort, à dialoguer avec ceux qui sont déjà dans l’activité envisagée », commente le Messin Florian Leyes. Au départ, le jeune homme pensait à un centre de remise en forme, mais bien vite, le principe de réalité l’a emporté. Aujourd’hui, il est auto-entrepreneur, coach pour les plus de 55 ans, Activ’Seniors. « C’est la motivation du jeune, l’énergie et le potentiel qui sont intéressants », explique Christophe Schmitt. « Une idée, ça bouge, ça évolue. Je ne connais pas une entreprise qui a réussi du premier coup. »

Quatre-vingt-treize porteurs de projet ont été retenus pour cette promo 2013. Quarante-deux ont réellement créé leur activité. « L’essentiel, c’est d’écouter les idées des étudiants. Ils ont plein de projets intéressants. » Et plutôt que de casser le rêve à coup de dure réalité, les jeunes abordent de façon inédite, pendant quatre à six mois, la question de l’entrepreneuriat. « Ceci de façon innovante. L’entrepreneuriat, on ne peut pas l’aborder de manière classique. »

La force du terrain

Le terrain, les rencontres, les mises en situation. Tout est fait pour sortir l’étudiant du conventionnel. Là, il se retrouve face à lui-même ou doit s’en remettre à l’autre. Boxe, escalade, arts plastiques, danse… Tout est prétexte à travailler autrement sur soi et son projet. « Le fil rouge demeure bien le projet », recentre Christophe Schmitt. « On n’est pas stratosphérique ! »

Benjamin Muller avec son projet de bureau d’études Eco Nature Habitat confirme : « Peel, c’est l’occasion de se découvrir. Autant savoir si on a les qualités et l’ambition nécessaires. Si on craque au premier obstacle… » Avec son collègue Bruno Ritouet, son intention est de créer un bureau d’études pour la conception de bâtiments écologiques. Le béton de chanvre est son produit phare. Quatre ans que les garçons travaillent sur leur projet. Peel les a confortés dans l’idée de se spécialiser encore. « Moi dans le thermique et Bruno dans une grande école du bois », commentent les collègues, déjà master en poche. Martin Smodis, lui, a pris conscience de l’importance d’aller jusqu’au bout du projet avant de se lancer. Son service Cliquez-emménagez , livraison clé en main de meubles et matériels pour étudiants, a tout pour réussir. Mais son business plan mérite encore d’être travaillé. Rien ne sert de courir…

Pôle d’excellence

Ces trois dernières années, 6 500 étudiants ont été sensibilisés à l’entrepreneuriat à l’Université de Lorraine. Parmi eux, 3 500 ont suivi une spécialisation, tandis que 250 chefs d’entreprise accueillaient 250 étudiants « dans leur vraie vie de chef d’entreprise ». « On est à 129 % de nos objectifs », se satisfait Christophe Schmitt. « Mais il faut monter en puissance. » La Lorraine, première université de France à avoir mis en place une Business unit , prend valeur d’exemple. « On est pôle d’excellence. Les collègues viennent nous observer.» Mais demain, l’enjeu, c’est aussi la reprise d’entreprises ou encore le développement d’activités innovantes au sein de PME existantes. « Il ne faut pas tout axer sur la création. D’autres besoins précis émergent du terrain et les Business units devront en tenir compte. »

revue de presse PeeL suite au 26 sept-2

Laurence SCHMITT.

DO IT YOURSELF : entrepreneuriat punk et émancipation

Un autre regard sur l’entrepreneuriat

Date : Jeudi 31 Janvier 2013 – 18:30 – 20:00
Lieu: Salle d’Honneur des Universités
Faculté de droit
11 place Carnot à Nancy

Au cours des années 1970, la scène punk rock démystifie le processus de production culturelle en soulignant la capacité de chacun à en devenir acteur. Le Do It Yourself est né, une puissante incitation à l’action qui n’a jamais cessé de prospérer à ce jour. Elle repose sur la coopération, la mutualisation des ressources et place l’indépendance au cœur de l’action, ouvrant à de nouvelles formes de solidarités et de justice sociale.

Intervenant : Fabien Hein, maître de conférences en sociologie, Université de Lorraine

Les Conf’curieuses sont organisées conjointement par l’Université de Lorraine, le Muséum-Aquarieum de Nancy et les Conservatoire et Jardins Botaniques de Nancy.

Retourvez-nous sur Facebook : Culture science – Unversité de Lorraine

Programme janvier-mai 2013 des Conf’Curieuses

http://www.univ-lorraine.fr/content/do-it-yourself-entrepreneuriat-punk-et-%C3%A9mancipation

17ème édition innovact

17ème édition innovact : the european forum for innovative start-ups– 26 et 27 mars 2013 – Centre des Congrès – REIMS

Unique en Europe et à 45 minutes de Paris, Innovact concentre le plus grand nombre de porteurs de projets et start-ups innovants, issus de tous les secteurs d’activités. Son format inédit « open space » de 2.500 m² optimise les agendas des participants avec rendez-vous d’affaires, remises de prix, espaces de présentation, plateau TV, ateliers très pratiques.

http://www.innovact.com/fr/les-innovact-campus-awards/inscription-participer-article19.html